Humeur Noire, Livre

“Mais qu’est-ce que c’est donc un Noir ?”

Voici un livre qui a retenu toute mon attention lors de mon passage à Fnac en Martinique. « Mais qu’est-ce que c’est donc un Noir ? » Essai psychanalytique sur les conséquences de la colonisation des Antilles. Cet essai ne se lit pas comme un roman « classique ». Certains chapitres contiennent de nombreux termes de psychologie et amène (souvent) à un réel questionnement (parfois ça chamboule !). Voici mon avis sur l’essai de Jeanne Wiltord.

Une compréhension des sociétés antillaises

 L’essai de Jeanne Wiltord est riche d’une bibliographie et permet de comprendre les maux de la société antillaise actuelle à travers son rapport à l’esclavage, le rôle du père et de la mère manman, de la langue créole, en passant par les noms de famille aux Antilles …jusqu’à la départementalisation et surtout le rapport à la France à travers les années. À mon sens, tous les sujets sont couverts.

Le livre comporte de nombreux termes techniques de psychologie (Jeanne Wiltord est avant tout une psychiatre et psychanalyste antillaise) et il n’a pas toujours été facile de le lire. Pour ma part, j’ai pris beaucoup de temps pour le lire. Il m’a fallu intégrer certains concepts. Certains passages du livre m’ont renvoyé à ma propre histoire et m’ont permis d’engager avec ma mère (qui est martiniquaise) un réel dialogue sur certains sujets.

 

Un livre qui mélange l’histoire, la sociologie et la psychologie des sociétés des Antilles

Le livre met en lumière l’impact de l’esclavage, de la colonisation, des rapports homme/femme, le rapport aux parents, le colorisme… Ces nombreux aspects m’ont permis de répondre à de nombreuses questions et plus globalement de comprendre un peu mieux les sociétés antillaises.

Un essai qui mélange histoire, sociologie et psychologie (tout ce que j’aime). Par exemple, Ce regard sur l’histoire m’a permis de comprendre le choix de la départementalisation. En ce remettant dans le contexte de l’époque, le rapport à la France, les espoirs…on comprend totalement ce choix des députés ultramarins (le député Paul Valentino avait cependant mis en garde sur l’assimilation intégrale…qui s’est avéré fondé !)

mais qu'est ce que c'est donc un noir Jeanne Wiltord

Ce que le livre « Mais qu’est-ce que c’est donc un noir ? » m’a permis de comprendre de mon histoire

 L’essai « Mais qu’est-ce que c’est donc un noir ? » m’a permis de comprendre de nombreux aspects de la culture créole. Cette lecture me permet aujourd’hui de faire preuve de plus d’empathie envers cette culture qui s’est présentée à moi il y a seulement une dizaine d’année

Je m’explique afin que vous puissiez comprendre un peu plus mes propos et ma position. Sans rentrer dans les détails, je n’ai pas été proche de ma famille maternelle et j’ai grandi en France dans une ville où il y avait peu d’Antillais. Donc durant les 25 premières années de ma vie j’ai beaucoup considéré mon côté « Whity » comme je dis. L’histoire décousue de la famille maternelle et certains choix des membres de ma famille ne m’ont jamais vraiment donné envie d’en savoir plus sur ce pan de mon histoire !  Car oui, la famille est notre porte d’entrée vers une culture, une histoire et quand certains comportements sont incompréhensibles, on fait vite des raccourcis. (C’est valable pour de nombreux sujets 😏…)

De mon point de vue, le livre ne répond pas vraiment à la question « Mais qu’est-ce que c’est donc un noir ? ». Certainement qu’un autre titre aurait été plus approprié (mais peut-être moins vendeur !). Cependant, Jeanne Wiltord présente un livre riche, extrêmement bien documenté (la bibliographie est impressionnante), très bien écrit et avec une analyse très fine. Je le recommande aux personnes qui souhaitent comprendre les sociétés antillaises. Oui la société antillaise est imparfaite, mais tellement belle à travers ses imperfections. L’histoire des sociétés antillaises est remplie de douleurs, d’injustices et de destructions. Il est donc normal qu’elle soit imparfaite (comme toutes les sociétés). Mais avouons-le, malgré tous ces événements traumatisants, nos sociétés antillaises sont belles. A mes yeux, un vrai modèle de résilience !

 

J’espère que cela vous aura donné envie de découvrir ce bel essai. Pour conclure, merci Mme Wiltord de m’avoir permis de comprendre une partie de ma culture et de mon histoire ❤️.

Retrouvez moi ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *